Portrait #15 : Fanny Podevin

Fanny nous ouvre les portes de son verger à Oxelaëre, et nous explique sa passion pour la nature

 

– Le 20 octobre 2016 –

Un peu d’histoire …

Fanny Podevin, et son mari Jean-Philippe, sont installés à Oxelaëre depuis 13 ans. Tous deux passionnés de nature, ils se sont lancés en reprenant une exploitation déjà existante, pour concrétiser un projet qu’ils avaient en commun depuis leur rencontre.
Elle était avant cela commerciale : elle aime le contact avec les gens, l’aspect accueil et le relationnel du commerce. Elle a grandi à la ferme, où ses parents lui ont inculqué une sensibilité au “bien manger”, qu’elle applique encore aujourd’hui. Lui de son côté, était conseiller de gestion dans le milieu agricole, et a toujours voulu être agriculteur. C’est pourquoi il s’occupe de la partie culture du verger, en vrai spécialiste de la plante et de ses soins.
Leur exploitation est composée de 15 variétés de pommiers sur presque 13 hectares, auxquels s’ajoutent quelques autres arbres fruitiers comme des prunes, des mirabelles, des poires ou de la rhubarbe. Ces fruits permettent d’agrémenter les jus et créer des nouvelles recettes.

Les arbres, au final, c’est un peu nos bébés. On s’occupe d’eux pendant des années.

Ils organisent chaque année des périodes de cueillette libre, le plus souvent au mois d’août. Fanny est convaincue que les fruits ont meilleur goût lorsqu’on les cueille soi-même, c’est pourquoi elle encourage petits et grands à venir se régaler au verger.
Un magasin à la ferme est ouvert sur leur exploitation de 14h à 19h du mardi au samedi.

IMG_1498 IMG_1494

Qualité assurée !

Fanny et Jean-Philippe travaillent en agriculture intégrée, et sont labellisés “verger éco-responsable”. Avant leur arrivée, l’exploitant du verger voulait déjà éviter au maximum l’usage de produits traitants. Aujourd’hui, un réel engagement est pris, et ils s’emploient tous les jours à respecter la charte.

Ils produisent donc leurs fruits en veillant à avoir une agriculture conduite écologiquement, économiquement et socialement. Plus qu’un simple refus d’utiliser des pesticides, cela inclut respect des salariés, des normes de sécurité et d’hygiène… L’objectif est de travailler avec la nature, sans jamais mettre de “lance-flammes” comme le dit Fanny, c’est-à-dire un insecticide qui met en danger tous les insectes, même ceux qui sont utiles. La mise en place d’un écosystème qui fonctionne est compliqué et prend parfois plusieurs années. En effet, il faut non seulement intégrer ces animaux nuisibles mais surtout garder cette faune auxiliaire dans le verger. Un pommier ayant une durée de vie plus longue que la plupart des autres cultures (jusqu’à 25 ans de fruits), l’équilibre doit perdurer pendant plusieurs années pour être efficace.

Les différentes variétés sont disposées en quinconce dans le verger de 13 hectares, permettant ainsi d’optimiser la pollinisation. Cette technique assure de produire plus de fleurs, donc plus de pommes, et surtout des fruits plus délicieux !
Bien qu’ils aient récupéré une exploitation existante, ils n’ont pas hésité à ajouter leur grain de sel au fur et à mesure, à cause des besoins mais aussi des réglementations. Aujourd’hui, tout est fait à la Pommeraie même : de la cueillette au pressage des pommes, jusqu’à l’impression des étiquettes des bouteilles.

IMG_1491 IMG_1502

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur l’agriculture intégrée, Fanny a justement répondu à nos questions pour le cinquième épisode de notre série :

Et le CourtCircuit.fr là dedans ?

A l’origine, Fanny Podevin s’entendait déjà très bien avec ses voisins producteurs, qui sont nombreux autour de sa pommeraie. Entre les coups de main pour les livraisons et le prêt de matériel, une grande solidarité importante à ses yeux était déjà en place. L’arrivée du CourtCircuit.fr a donc été une évolution tout à fait naturelle de leur organisation, qui s’est mise en place très rapidement et simplement.
Le principe a concrétisé un certain nombre d’envies, a mis un cadre à toutes ces entraides. En plus d’une simple vente à la ferme, cela permet à Fanny d’avoir un réel rendez-vous avec ses consommateurs puisqu’elle est gestionnaire du point de retrait. Elle apprécie également tout particulièrement le fait de voir chaque semaine ses voisins producteurs lorsqu’ils viennent déposer leurs produits. Le fait de devenir gestionnaire de point de retrait lui a également permis de mettre en avant plus que sa seule production : elle aime autant promouvoir ses voisins agriculteurs que ses propres jus de pommes. Fanny est à la fois productrice mais aussi consommatrice de produits locaux, et se met donc à la place des clients. Elle connaît les envies et problématiques que chacun peut avoir, et cherche à y remédier.

On y trouve tous un intérêt. Les clients veulent un retour à la ferme, mais n’ont pas le temps. C’est à nous aussi de les aider

Fanny affiche fièrement le Court Circuit dans son magasin

Fanny affiche fièrement le Court Circuit dans son magasin

Leurs produits

Fanny et Jean-Philippe Podevin produisent surtout des jus : leur gamme est particulièrement grande et variée !  Que ce soit du jus de pomme pur à une ou plusieurs variétés, ou des jus de plusieurs fruits comme le pomme-fraise, il y en a pour tous les goûts. Certains jus ont été élaborés spécifiquement comme le “Val de Cassel” qui a été crée pour les restaurants (mais pas uniquement !). Avec ses 9 variétés de pommes, il est le moins sucré de la gamme.
La grêle tombée en 2014 a été un coup dur car 98% de la production a été touchée. Les Podevin ne se sont pas laissés abattre, et ont quand même tenté de récupérer des pommes. Ils en ont profité pour ressortir une de leur ancienne recette, plus digeste, le “Coteaux de Cassel” qui a beaucoup plu aux consommateurs. L’incident de la grêle a également été l’occasion pour Fanny de produire le jus de son enfance, à base de pommes cueillies tard dans l’année (d’où son nom “Cueillette Tardive“).
Ces deux jus ont été présentés au Concours Agricole (pendant le salon de l’agriculture), et ont reçu des médailles de bronze et d’or en 2015, et d’argent en 2016. Pour faire des jus de qualité, les pommes sont cueillies à partir du mois de septembre et, selon les recettes, sont pressées et embouteillées jusqu’à juin. Même après cueillette, les pommes continuent de mûrir un peu, et peuvent donc être conservées un certain temps.

Leurs pommes et autres fruits leur servent aussi à fabriquer diverses confitures et compotes.

IMG_1504 IMG_1495 IMG_1493

Où commander ?

Vous pouvez retrouver les produits de Fanny et Jean-Philippe au point de retrait chez elle à la Pommeraie à Oxelaëre, le vendredi de 15h à 19h;

CommandeOxelaere CommunauteOxelaere
à Lille, à l’Auberge de Jeunesse HI, le vendredi de 17h à 19h;
commande lillecommunauté Lille
à Wormhout, à la Ferme Joos, le jeudi 14h de 19h et le samedi de 14h à 19h;

CommandeWormhoutCommunauteWormhout
et à Zutkerque, à la Ferme des Autruches du terroir, le vendredi de 15h à 19h;

commanderzutkerqueaccèszutkerque

Ainsi qu’au Grand Mix, à Tourcoing, le jeudi de 18h à 20h.
Commande tourcoing Commu Tourcoing

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page